Millésimes
SUIVEZ-NOUS
Rejoignez-nous sur

RECEVEZ NOS OFFRES SPÉCIALES
Format Speciaux Primeurs
Derniers vins consultés :

Carbonnieux 2017

  • Pessac Leognan, Primeurs 2017
  • Couleur : rouge
  • Flaconnage : Magnum

Magnum

58,00 € HT

Achat par 3 magnums et multiples de 3

Notations

Robert Parker
Noté 85-87/100

Wine Spectator
Noté 90-93/100

James Suckling
Noté 91-92/100

Jean Marc Quarin
Noté 87/100

Vinous
Noté 90-93/100

Jancis Robinson
Noté 16/20

     

Vin épuisé, ce vin n'est plus disponible.

Nous vous remercions de votre confiance et vous invitons à découvrir nos promotions en cours.

Si vous n'êtes pas redirigés dans quelques secondes sur la page d'accueil, veuillez cliquer ici

Notation James Suckling
91 - 92 / 100

"Juicy and open-knit, with blueberry and black currant fruit energized by brambly structure and fresh acidity. A touch shy on density, but has purity and typicity."
Notation Wine Enthusiast
91 - 93 / 100

"This wine, with its tight fruit and core of dry tannins is concentrated and dense. It has black currant stalkiness and a cool feel to it, giving intense acidity. Drink from 2023."
Notation Wine Spectator
90 - 93 / 100

"Features a dark profile, with plum and black currant fruit layered with tar and warm anise notes. Offers modest grip. A streak of savory adds lift on the finish."
Notation RVF
16 - 16,5 / 20

« Carbonnieux livre un 2017 de belle facture, classique et droit. On ne recherche pas ici la puissance, mais un coté digeste, avec des tanins au joli grain. » RVF Mai 2018

Carbonnieux

Commentaires du Château
Aussi connu pour son blanc, le château Carbonnieux produit un grand vin rouge dans l’appellation Pessac-Léognan. Sur les 50 hectares destinés à la production de ce grand cru des Graves, 30% sont plantés en merlot, le reste est complété par du cabernet-sauvignon avec une petite proportion de cabernet-franc et de petit verdot. S’il est déjà séduisant dès son plus jeune âge, c’est après plusieurs années de garde qu’il délivrera sa complexité gustative et son harmonie légendaire.
Histoire du Château
Jean De Ferron, issu d’une puissante famille de la bourgeoisie bordelaise achète la terre de Carbonnieux en 1519. Sa politique d’acquisition est poursuivie par ses successeurs et le château Carbonnieux, alors célèbre, est la figure de proue des propriétés familiales.
Après 2 siècles et demi passés entre les mains des Ferron, une nouvelle ère se profile pour Carbonnieux lorsque les moines de Sainte-Croix rachètent la propriété. Il devint vite la grande affaire des moines bénédictins qui n’hésitent pas à s’endetter pour faire fructifier ce cru au potentiel déjà immense. Derrière Haut-Brion, Carbonnieux se situe en tête des vins blancs des Graves et même de Guyenne.
Durant la révolution, ce bien sera confisqué et vendu comme bien national à Elie de Bouchereau sa famille y résidera 87 ans. Les frères Bouchereau avaient, avant la crise du Phylloxéra, constitué au château Carbonnieux une collection unique au monde de cépages français et européens. Les Bouchereau cèdent la propriété en 1878. Classé comme Grand cru des Graves, pour ses rouges et ses blancs, en 1953, c’est en 1959 que ce rang est définitif. Durant cette période, c’est la famille Perrin qui est aux commandes du domaine. Marc Perrin s’attèle à la restauration de la propriété, le domaine passe de 45 hectares en 1945 à 92 hectares de nos jours, le château lui aussi est réhabilité. La nomination d’Anthony Perrin, son fils, comme gérant en 1983, coïncide avec d’autres modernisations, notamment dans le chai. Il est aussi un précurseur de l’appellation Pessac-Léognan, il a fait connaitre les vins de cette belle appellation, à travers ceux du Château Carbonnieux bien sûr, sur toute la planète.

Aujourd’hui...

Ce sont désormais les fils d’Anthony, Eric et Philibert, qui dirigent le domaine et étaient accompagnés jusqu’ en 2016 par le célèbre Denis Dubourdieu.
Philibert voit dun très bel avenir pour les vins rouges du château : « Si les vins blancs firent longtemps la notoriété de Carbonnieux, les rouges la leur disputent aujourd’hui ». Son frère Eric loue aussi les progrès accomplis pour arriver à un rouge d’une grande classe, et ce grâce à « un équilibre entre puissance et finesse, à cette émotion, cette harmonie mystérieuse ».